[Mythos] Ausgang, La rage de dire

Le festival Mythos s’est ouvert vendredi 1ᵉʳ avril au Thabor. Après un chauffage de chapiteau mené par les excellents Delgrès, c’est Ausgang qui poursuivait la soirée, précédant The Limiñanas. Voilà, j’ai tapé l’intro, va falloir chercher la sortie. « Mais Ausgang est là! »

 casey5

Il paraît qu’écrire à la première personne dans un article, ça se fait pas trop, j’en sais rien et je m’en cogne, j’ai pas fait d’études de journalisme, pas plus que je n’ai pris de cours de photo mais après quelques années à arpenter les salles obscures en mode tout terrain, j’ai fini par savoir comment ça marchait alors je continue de jouer du déclencheur. J’ai envie d’écrire ce papier à la première personne, d’abord parce que j’ai le droit que je m’auto-octroie, mais que là je sais pas faire autrement. Faudrait que je sois objective ? On peut tenter. Ausgang est un projet musical emmené par la rappeuse Casey ; avec un long parcours dans le rap notamment au sein du collectif Anfalsh, ses textes coups de poing sont ici accompagnés par Sonny à la batterie, Manusound aux claviers-machines et comme j’ai pas pris de notes j’ai oublié le prénom du guitariste c’est ballot, projet qui rappelle celui de Zone libre formé onze ans plus tôt. Entamant son set par le titre « Gangrène », l’artiste n’a pas manqué de faire vibrer le Cabaret botanique (sur lequel il venait de neiger trois flocons) avec son tube* « Chuck Berry ». Blablablablablabla, des lignes comme ça j’en ai écrit des tonnes, avec plus ou moins d’emphase, avec plus ou moins d’entrain. Là je savais que j’y arriverais pas trop, c’est dur les mots parfois, Casey elle est douée avec ça, même qu’on dirait qu’elle boxe avec eux vu comment ça finit en sueur. Ça finit par danser aussi, à la fin, mais on y est pas encore.

sonny-troupé ausgang

casey

J’avais été surprise qu’Ausgang soit programmé au festival Mythos pour le jour d’ouverture ; quoique, le festival des arts de la parole, finalement, ça a du sens, parce que la parole de Casey on l’entend pas assez, on l’entend peu au milieu de tous les discours lénifiants, assourdissants, fascisants, insultants, et de toute façon on sait très bien que ces paroles-là, si elles arrivent à percer dans l’espace public, tombent rapidement sous le couperet du wokisme** ou de je ne sais quoi encore, bref ce « qui est tenu à l’écart et tricard à l’écran » (tiens, au moment où j’écris ces lignes, je relis qu’Assa Traoré est à nouveau mise en examen pour diffamation, ben voyons).

« Je sors de ces tours que l’on met en quarantaine
Je suis de ces parasites dont on parle à l’antenne (…)

Ma tête mêlée, ma peau ébène. Inutile d’en rajouter j’ai déjà purgé ma peine. »

Là c’était bien audible pour celle qui « impose la discorde sur disque », et c’était surtout servi dans un écrin noise-rock, mêlé à plein de rythmes (ceux qui font hocher la tête, ceux qui font taper du pied, ceux qui font bouger les hanches parfois) ; bref les compos du projet Ausgang tabassent, avec des riffs qui feraient presque revenir le fantôme de Jimi Hendrix sur scène et qui foutent des écorchures sonores au bon endroit. Quelqu’un hurle « Casey je t’aime » ; j’avais oublié les cris au premier rang que peuvent déclencher les concerts ; moi j’ai rien dit enfin je marmonnais les paroles, et c’est galère avec le boîtier collé au nez. J’avais un peu oublié aussi les uppercuts des punchlines que tu reprends en direct après les avoir écoutées dans ton coin.

« T’as les os qui craquent sous les coups d’la BAC // T’es chanceux t’es en vie c’est un vrai miracle » (Bonne conduite)

« Pour toi la richesse c’est cruel // Car souvent tu t’plains qu’au sommet on y gèle // Tu protèges tes biens avec des sentinelles // Et les forces de l’ordre te seront toujours fidèles. » (Élite)

L’élite, c’est quoi l’élite déjà ? « Si vous êtes en-dessous du seuil de pauvreté, vous savez très bien qui est l’élite » (Casey, 9 novembre 2021). L’élite, celle qui tient en laisse ses chiens de garde, celle qui tue, matraque, mutile, celle qui affame, qui file le gâteau à ceux qui ont en ont déjà plein les poches et qui pique même les miettes, celle qui décide des grands projets inutiles, qui pollue sans vergogne, qui viole sans condamnation, qui détourne des fonds publics et on en passe et des meilleures et des vertes et des pas mûres et la liste est tellement longue que je sais pas si je vais réussir à trouver un point dans cette phrase, va bien falloir pourtant, aller au point final, mais j’ai oublié de parler de « La rage qui m’appelle », de l’énergie déployée qu’on peut bien en garder en stock, et de ce rap de « Crapule », et de ce qui brûle et de ce qui devrait cramer un peu plus loin que le feu d’un concert intitulé sortie, j’l'ai pas trouvée, j’vais rester encore un peu.

casey2 casey4

casey3

* Je dis tube parce que c’était le seul titre où y avait l’air d’y avoir plus de monde à connaître le texte, et là ça sautait un peu plus, le sol on aurait dit un trampoline.

** Paraît que le terme est à la mode, se décline aussi en djihadisme vert, islamo-gauchiste, féminazies et autres appellations farfelues dès qu’il s’agit d’aller gratter là où le bât blesse.

 

Envie de réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>