L’Époque de Matthieu Bareyre, portraits d’une jeunesse nocturne

Plus de deux mois après sa sortie dans les cinémas, L’Époque, documentaire percutant sur la jeunesse et projet au long cours mené par Matthieu Bareyre, arrive à Rennes pour une projection unique en présence du réalisateur.

 

Qu’est-ce au juste qu’une génération ? Un ensemble de personnes qui, au-delà de leur date de naissance, partagent un temps, d’évolution, d’expériences, d’apprentissages. Des manières de rêver, d’avoir peur, peut-être un imaginaire en commun.

lepoque

 

« Donner à voir tout ce à quoi on ne prête pas attention » : c’est ce que Matthieu Bareyre a cherché à faire avec L’Époque, documentaire au titre ample et vaste qui pourtant entreprend moins de brosser le portrait global d’une France prise dans un contexte politico-social singulier, que d’aller chercher une pluralité de visions du monde. Plutôt que d’affirmer des généralités, il s’agit de montrer ce qui se joue loin de la lumière et des caméras, et de rendre visible ce qui irrigue, en souterrain, l’esprit du temps. Pour cela, le jeune réalisateur se donne pour méthode une longue dérive dans les rues de Paris ; pendant plus de deux ans, du 2015 d’après Charlie jusqu’aux élections présidentielles de 2017, il arpente la ville équipé d’une caméra et accompagné par son preneur de son, Thibaut Dufait. Il part à la rencontre de la jeunesse, tentant de capter ce qui la préoccupe pendant une période particulièrement intense de luttes et de crises sociales, ce qui la fait sortir à des heures tardives et « l’empêche de dormir ».

Car si le Chroniques d’un été de Rouch et Morin, dont Bareyre s’est inspiré, se déroulait sous le soleil, aux beaux jours de l’année 1960, c’est la nuit qui enveloppe L’Époque et sans doute libère la parole de chaque personne rencontrée, paroles d’étudiants, de dealers, de militants, qui s’expriment dans la rue, au milieu de fêtes ou sur la place de la République pendant Nuit Debout. Qu’est-ce qui inquiète ? Comment envisager l’avenir ? Sans prendre position, le film suggère d’observer les détails qui affleurent dans le langage et les visages, avec un éclat conféré par le hasard de chaque échange, de chaque rencontre, qui est unique.

Depuis sa sortie, le film s’est accompagné d’une intense tournée de projections en présence du réalisateur et de l’équipe ; la vie du film se prolonge dans les discussions qu’il inspire, et les rencontres qui adviennent, cette fois, dans l’obscurité des salles. Un moment à ne pas manquer, ce dimanche 30 juin au ciné-TNB.

 

Envie de réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>