Dark waters, de Todd Haynes

Dark waters de Todd Haynes : un film sombre sur les dégâts que cause l’industrie chimique livrée à sa seule soif du profit. Dans la lignée de Promise Land de Gus Van Sant et dans le prolongement des nécessaires débats actuels sur la nocivité des nitrates, des glyphosates, du mercure, des particules fines, du nucléaire, du chlordécone, du lacrymogène, de la 5G, des perturbateurs endocriniens, de l’atrazine et autres créations humaines destinées pour reprendre la formule marketing de DuPont, « à rendre le monde plus sûr, plus sain et plus agréable ».

 

DarkWaters-DuPont

L’avocat Robert Bilott (Mark Ruffalo) a fort à faire pour s’y retrouver dans la masse d’archives que l’entreprise DuPont, accusée par un fermier en colère, a été contrainte de fournir. 

Un géant américain de l’industrie chimique, DuPont*, a installé une usine en Virginie-Occidentale, chez les ploucs, à Parkersburg. Jusque-là, tout va bien. Lorsque des bêtes dépérissent, deviennent folles, meurent par paquets de douze et que les habitants des patelins environnants développent des séries de cancers, de malformations et autres anomalies qui noircissent les dents, on pressent que quelque chose cloche. Ce qui ressemble au pitch d’un film d’horreur est pourtant basé sur des faits tristement réels et sur l’enquête opiniâtre d’un avocat de Cincinnati, Robert Bilott (Mark Ruffalo**), qui va consacrer PFOAson énergie et ses compétences de juriste à prouver les innombrables manquements criminels de la multinationale DuPont (« E.I. du Pont de Nemours et compagnie » pour les intimes). Cette dernière, aux méthodes assez proches des « fleurons » de l’industrie nazie à son apogée (n’ayons pas peur d’atteindre un petit point Godwin par-ci par-là), a en effet sciemment mis sur le marché des produits de synthèse dangereux (comme le PFOA, voir ci-contre, connu également sous les noms de « C8 » et de « perfluorooctanoate » et qui sert à réaliser le Teflon® que l’on retrouve dans toutes sortes de produits : vêtements, aéronautique, ustensiles de cuisine, peintures, etc.) que l’organisme humain est incapable d’éliminer rapidement, ce qui engendre à la longue, si celui-là s’accumule (et c’est ce qui arrive quand le PFOA est répandu dans la nature, dans les ruisseaux et contamine les nappes phréatiques, les puits et les réseaux d’eau courante alentour alimentant les habitations) moult maladies aussi incurables que douloureuses. Déversant allégrement dans la nature des tonnes de ce PFOA, DuPont, qui plus est, n’a pas agi ainsi par ignorance ou négligence, mais en toute connaissance de cause, puisque des expériences furent conduites sur des animaux, puis sur des femmes enceintes et sur des ouvriers de l’entreprise, transformés momentanément en cobayes (et qui pâtirent naturellement de ces tests de toxicité).

Dark waters est ainsi un réquisitoire puissant contre ces multinationales prédatrices aux chiffres d’affaires faramineux, certes, mais à l’éthique mortifère et qui se jouent du bon sens, des normes, des vies humaines, des règles et des (souvent trop faibles) contraintes imposées par les États et les officines de contrôle. Après Dark waters, en tout cas, vous ne regarderez plus de la même manière vos œufs sur le plat, grésillant dans votre poêle Tefal***.

Post-scriptum (issu d’une communication avec la responsable des relations externes du groupe Seb, alertée par la mauvaise image qu’on aurait pu donner de ses produits en l’associant à cette affaire) : Teflon est aujourd’hui une marque déposée par DuPont et reprise par Chemours (USA). Lorsque le groupe Seb a racheté Tefal en 1968, il a internalisé la fabrication de ses propres revêtements anti-adhésifs, pour fabriquer des ustensiles de cuisine, non plus avec du Teflon™, mais avec un revêtement anti-adhésif PTFE (polytétrafluoroéthylène) qui n’est pas du Teflon™. La production, nous a-t-il été précisé, est faite à Rumilly en Savoie, capitale mondiale de la poêle, où chaque année Tefal fabrique plus de 45 millions de poêles.

* DuPont emploie 65 000 personnes dans le monde et est, en 2016, au 2ᵉ rang du top 100 des plus gros pollueurs atmosphériques états-uniens. (source Wikipédia)

** On notera que Mark Ruffalo, dans Foxcatcher de Bennett Miller sorti en janvier 2015, jouait précisément un catcheur que John E. du Pont (Steve Carell), héritier richissime du consortium DuPont donc, prenait sous son aile.

*** Le nom Tefal provient de la contraction des mots « Teflon » et « aluminium ». La première poêle est déposée au musée Dupont-de-Nemours à Wilmington, en Caroline du Nord, aux États-Unis. (source Wikipédia)

Dark waters – Biopic américain de Todd Haynes – Avec Mark Ruffalo, Tim Robbins, Anne Hathaway, William « Bucky » Bailey (victime d’une malformation congénitale due à l’exposition de sa mère, lorsque celle-ci était enceinte et travaillait pour DuPont, au PFOA, molécule composant le téflon®)… – Inspiré du livre ExposurePoisoned Water, Corporate Greed, and One Lawyer’s Twenty-Year Battle against DuPont, de Robert Bilott – Durée : 2h08 – Sortie le26 février 2020.

Envie de réagir ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>